« Retour

Le Melon

 l'été sans melon, pas possible
Domestiqué sur les rives du Nil au temps des Pharaons, l’essor du melon remonte à la Renaissance, quand les Papes commencent à cultiver dans leur résidence d’été de Cantalupo une variété à la chair orange et savoureuse. Rapidement introduit en France, il est alors nommé « Cantaloup ». Grand amateur, Alexandre Dumas fera don de la totalité de son œuvre à la ville de Cavaillon, en échange d’une rente viagère de 12 melons par an, qu’il percevra jusqu’à sa mort.

Des variétés de saveurs
C’est le plus connu et le plus réputé des melons : le « Charentais » ne désigne pas une origine géographique, mais un type commercial. Il peut en effet être cultivé dans plusieurs régions de France, mais aussi en Espagne, au Maroc ou encore en Guadeloupe. On distingue :
 

  • le Charentais jaune, variété la plus consommée en France. À maturité, sa peau vert clair se colore légèrement de jaune et son pédoncule se détache facilement. En bouche, sa chair orange sucrée et juteuse le rend très parfumé.
  • le Charentais vert se conserve plus longtemps mais est légèrement moins savoureux. Sa peau reste vert clair à maturité mais peut aussi prendre une teinte laiteuse à légèrement jaune. Sa chair est souvent croquante et sucrée.

D’autres melons sont fréquemment consommés, comme le « Brodé américain », le Canari à peau jaune et chair blanche ou encore le Galia et le Piel del sapo, au volume massif et à l’épiderme vert foncé et à la peau blanche.

En cuisine
Facile à préparer, le melon s’accommode de nombreuses recettes. Rafraîchissant, c’est l’un des incontournables de l’été à décliner dans vos assiettes. Seul, avec du jambon de parme, en sorbet, en salade de fruits ou encore macéré au porto, il peut aussi accompagner un plat salé comme une salade de poulet.

Le Melon