« Retour

Le coing

La région d’origine du coing, appelé aussi poire de Cydonie, reste encore assez floue. Attribué à la Perse, à l’Anatolie ou encore au Caucase, ce fruit issu du cognassier se cultive depuis plus de 4 000 ans. Durant la période antique, les Grecs le consommaient mélangé à du miel et les Romains l'utilisaient déjà en parfumerie. Aujourd’hui, on le trouve partout en Europe pendant la période automnale. En France, ils sont produits essentiellement en Savoie, dans la Drôme et dans les Bouches-du-Rhône.

Jamais cru
La forme du coing ressemble à celle d’une poire avec une peau jaune et un léger duvet. Pour savoir si le fruit est mûr, l’astuce consiste à frotter le fruit. Si le duvet se retire facilement et que l’odeur si caractéristique se développe, alors le coing peut être consommé.
Parmi les principales variétés de coings, on trouve la Monstrueuse de Vranja, les coings dits du Portugal et le Champion. N’oubliez pas que le coing se mange toujours cuit à cause de la ténacité de sa chair. Consommé sous forme de gelée ou de pâte, il possède une action bénéfique et protectrice pour les intestins.

En cuisine
Comment cuire le coing ? Au four, au confiturier ou bien à l’autocuiseur, il développe toute sa saveur à la cuisson. Le coing possède en plus une pectine naturelle qui lui donne un fort pouvoir gélifiant. Une fois refroidi, il se figera naturellement !
Traditionnellement associé avec du gibier, des viandes rôties ou du canard, le coing peut aussi se consommer en compote, en le mélangeant à un autre fruit.

Le coing