« Retour aux actualités

ACTU COVID 19 (mise à jour 25 octobre)

ACTU COVID 19 (mise à jour 25 octobre)

Mise à jour 25 octobre

Le parlement a voté la prorogation de l'état d'urgence sanitaire, tandis que le couvre-feu concerne désormais 54 départements français. Règle des 6, interdiction des salles de fêtes... Le point sur les nouvelles mesures visant à limiter les événements festifs.

 

[Mise à jour du 25 octobre à 14h41]. Ce 24 octobre, l'Assemblée nationale a voté par 71 voix contre 35 la prorogation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16 février 2021. Le projet de loi sera soumis au Sénat le 28 octobre et devrait être adopté définitivement début novembre. "La situation va s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions (...) Ce n'est pas un texte de conviction (mais) un texte de responsabilité pour nous permettre de protéger activement les Français dans cette période qui sera longue et difficile", a expliqué le ministre de la Santé Olivier Véran face aux membres de l'opposition qui ont dénoncé, pour certains, "la mise entre parenthèses des libertés publiques". Le texte proposé par le gouvernement prévoit la fin de l'état d'urgence le 16 février 2021, et des restrictions possibles jusqu'au 1er avril. Il pourrait aussi être levé par anticipation en cas d'amélioration de la situation. Pour l'heure, les mariages festifs réunissant toute la famille sont donc suspendus jusqu'à nouvel ordre.

Ce 22 octobre, Jean Castex a annoncé le passage de 38 nouveaux départements en alerte maximale, et donc soumis au couvre-feu, afin de freiner la progression de l'épidémie de coronavirus. "La situation est grave et la circulation du virus atteint un niveau extrêmement élevé", a déclaré le Premier Ministre qui a ajouté que le mois de novembre sera "éprouvant" en raison du nombre de morts qui va continuer à augmenter.

 Les mariages interdits

Emmanuel Macron avait déjà été clair le 15 octobre: "nous sommes dans une situation préoccupante et nous devons réagir pour freiner la diffusion du virus", avait déclaré le Président lors de son discours télévisé sur TF1 et France 2. Il souhaitait par conséquent que les Français réduisent leurs contacts privés, notamment "les moments de convivialité où l'on risque de s'infecter" et en cela, le couvre-feu annoncé était une "mesure pertinente". Emmanuel Macron avait, par ailleurs, rappelé que le ralentissement des contacts sociaux avait montré son efficacité en Mayenne ou encore en Guadeloupe. Selon lui, les rendez-vous privés, les fêtes et les anniversaires, ainsi que les soirées festives, comme les mariages, sont des moments accélérateurs. Par conséquent, il avait promis de nouveaux dispositifs pour venir en aide aux professionnels des secteurs touchés par ces nouvelles mesures (restaurateurs, théâtre, événementiel...). Une concertation locale avec tous les professionnels concernés a été lancée pour mettre en place des dispositifs supplémentaires. 

Dans une tribune publiée le 13 septembre dernier au Journal du Dimanche, six médecins ont tenu à rappeler les risques de contagion des fêtes privées. "Nous, médecins, ne sommes pas dans l'injonction. Mais il faut prendre soin les uns des autres et peut-être siffler la fin de la récréation. Évitez, autant que possible, les rassemblements privés. Plus une pièce est petite, plus elle contient de monde, moins elle est aérée, et plus vous augmentez les risques", ont-ils écrit. En outre, selon les autorités sanitaires, ces rassemblements familiaux et festifs où l'on se retrouve dans la joie sont souvent l'occasion d'oublier les gestes barrières.

 

Tout le territoire national est désormais placé en état d'urgence sanitaire qui s'accompagne des mesures suivantes :

  • Emmanuel Macron recommande aux Français la règle des six : "Au restaurant ou pour notre vie personnelle, c'est pas plus de 6 à table" a-t-il déclaré. Ainsi, tous les restaurants devront respecter le nouveau protocole sanitaire et limiter le nombre de personnes à table, à six personnes.
  • "Dans tous les lieux accueillant du public assis, la règle d'un siège sur deux devra s'appliquer. Et dans tous les lieux où l'on circule debout, le nombre de visiteurs sera régulé". 
  • Toutes les fêtes privées comme les mariages qui se tiennent dans les salles de fêtes, les salles polyvalentes recevant du public sont interdites. 
  • Depuis le samedi 17 octobre, date de mise en place de l'état d'urgence sanitaire, l'intégralité des rassemblements festifs est interdit sur le territoire, pour une durée minimum de 4 semaines.
  • Les rassemblements de personnes sont restreints à 6 personnes, dans l'espace public comme dans les espaces privés"précise le gouvernement.
  • Ces règles s'appliqueront pour une durée d'au moins quatre semaines, et le gouvernement compte demander au Parlement de prolonger ces nouvelles mesures jusqu'à fin novembre le temps de ralentir la circulation du virus et réduire ainsi la pression sur le système de santé.
  • Source JDF Mariages

.........................................................................................................................................................................................................

Mise à jour 24 septembre

 

Ce sont à présent 69 départements français qui sont classés en "zone d'alerte". Rassemblements limités, nombre d'invités, salles des fêtes inaccessibles... Ce qu'il faut savoir pour les mariages.

 A l'heure actuelle, 69 départements sont classés en "zone alerte", 14 sont définis en "zone alerte renforcée" et deux se trouvent en "zone alerte maximale" (Aix/Marseille et la Guadeloupe). Dans l'objectif "d'enrayer la circulation du virus" de plus en plus active sur le territoire français, les villes prennent des mesures restrictives. Si vous aviez prévu de réunir une centaine de personnes à votre mariage ces prochains jours, il faudra donc reporter la cérémonie selon la ville dans laquelle vous habitez ou limiter le nombre d'invités.   [Mise à jour du 24 septembre ]. 

  • Les villes en alerte renforcée sont : Bordeaux, Lyon, Nice, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, Paris (et les départements du 92, 93, 94, 95). 
  • Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits dans les lieux publics, y compris en extérieur (plages, parcs...)
  • Les rassemblements privés sont globalement déconseillés, et interdits au-delà de 30 personnes
  • Les soirées dansantes dans les restaurants et bars sont interdites 
  • Si vous vous mariez dans une ville en alerte renforcée, vous pourrez donc vous retrouver à maximum 30 personnes dans le cadre privé, mais ne pas dépasser 10 personnes à la mairie ou à l'église.

Par ailleurs, toutes les fêtes locales et fêtes étudiantes, ou autres événements déclarés sont interdits dans ces villes. Par ailleurs, la jauge des rassemblements est portée à 1000 personnes. Des couvre-feux concernant la consommation d'alcool sur la voie publique vont être mis en place, sur le modèle de Lyon (interdite entre 20h et 6h), sous décision des préfets. Les bars vont être fermés partiellement. A Paris, par exemple, la limite d'ouverture est fixée à 22h à compter de lundi 28 septembre. Les salles des fêtes et espaces de réunion type gymnases sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Aucun rassemblement festif ou associatif ne pourra s'y tenir. 

  • 69 départements en zone alerte : au total, 69 départements, soit plus de la moitié des départements français, sont actuellement placés en zone alerte. Pas-de-Calais, la Somme, l'Oise, le Val d'Oise, les Yvelines, l'Essonne, la Seine-et-Marne, l'Eure, le Calvados, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, le Bas-Rhin, le Morbihan, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, l'Indre-et-Loire, la Sarthe, le Loiret, la Vienne, la Haute-Vienne, la Charente, la Nièvre, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire, le Doubs, l'Ain, la Savoie, les Alpes-de-Haute-Provence, le Var, la Haute-Corse et la Corse-du-Sud, le Vaucluse, la Drôme, le Gard, la Lozère, la Haute-Loire, le Puy-de-Dôme, l'Aveyron, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, l'Aude, les Pyrénées-Orientales, l'Ariège, le Gers, les Hautes-Pyrénées, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.
  • Pour ces zones, les rassemblements sont limités à 30 personnes. Excepté les 14 zones "renforcées" (incluses dans les zones d'alerte) : il s'agit de Bordeaux, Lyon, Nice, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, Paris (et les départements du 92, 93, 94, 95) où les rassemblements sont limités à 10 personnes. 
  • Dans les Bouches-du-Rhône, en Indre-et-Loire, en Occitanie ou encore à Bordeaux, les soirées dansantes dans les établissements qui reçoivent du public étaient déjà limitées, voire interdites. Cette mesure se confirme et s'étend à tous les départements en zone alerte. 

Autrement dit, si vous vous trouvez en dehors de ces zones, aucune limitation claire concernant les mariages n'a été prononcée. Mais dans la mesure où le virus se propage rapidement, et où les mariages sont souvent responsables de clusters, il est déconseillé de maintenir une célébration avec un nombre conséquent d'invités.

Dans une tribune publiée le 13 septembre dernier au Journal du Dimanche, six médecins ont tenu à rappeler les risques de contagion des fêtes privées. "Nous, médecins, ne sommes pas dans l'injonction. Mais il faut prendre soin les uns des autres et peut-être siffler la fin de la récréation. Évitez, autant que possible, les rassemblements privés. Plus une pièce est petite, plus elle contient de monde, moins elle est aérée, et plus vous augmentez les risques", ont-ils écrit.

Les fêtes de famille et les mariages font partie des activités où le risque de transmission du virus est le plus important. De nombreux clusters ont d'ailleurs été signalés suite à des mariages organisés, comme ce fut le cas à Orléans en août dernier, où près de 50 cas positifs au Covid-19 avaient été enregistrés suite à un rassemblement . A la Milesse le 22 août, puis à Coulans-sur Gée dans la Sarthe début septembre, de nouveaux cas ont été enregistrés en region Parisienne en région Paca, en Normandie, Haut de France et un peu partout en France.

Contrairement à la période du confinement, les mariages ne sont pas interdits. Ils sont limités du point de vue des invités. Cela veut dire que vous pouvez toujours vous marier à la mairie ou à l'église, mais en très petit comité. 

Les conditions sanitaires sont les suivantes : 

  • Les personnes accueillies doivent avoir une place assise,
  • Une distance d'un siège est laissée entre les sièges occupés par chaque personne à la mairie ou à l'église.
  • Le port du masque est obligatoire dans les établissements autorisés à accueillir du public.
  • Il n'est plus possible de se marier dans une salle (à compter du 28 septembre)

A chacun d'être responsable, donc, pour éviter les risques de propagation du virus.

Source JDF Mariages

                               ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mise à jour du 29 juillet

Alors que l'Etat d'urgence sanitaire a pris fin le 10 juillet dernier, les mariages peuvent à nouveau être célébrés. Les rassemblements et en l’occurrence les mariages, sont de nouveau autorisés sur l'ensemble du territoire depuis le 2 juin, mais doivent continuer à se faire dans le respect des gestes barrières. Lavage des mains à l'entrée et à la sortie de la salle de cérémonie, distanciation sociale d'au moins 1 mètre entre 2 personnes et pas plus de 30 personnes réunies dans la salle des mariages. Rappelons qu'à l'échelle locale, et en fonction de la configuration des lieux, les mairies mais aussi les salles de réception sont susceptibles d'appliquer d'autres restrictions. Il est donc primordial de vous renseigner très précisément sur ces questions avant le grand jour. [Mise à jour du 29 juillet]

Les clusters détectés pendant les mariages inquiètent

L'épidémie de Covid-19 est encore loin d'être déterminée en France et la circulation du virus semble même s'accélérer pendant les vacances d'été. Avec la levée de certaines interdictions liées au rassemblement des personnes, la saison des mariages a repris. Et si les mariés et leurs invités font des efforts pour respecter la distanciation et tenir compte des risques sanitaires, les premières inquiétudes se font déjà sentir. L'agence régionale de santé a annoncé le 27 juillet que 30 personnes avaient été testées positives au coronavirus suite à un mariage célébré le 14 juillet sur le lac d'Annecy (Haute-Savoie). Le virus s'est propagé rapidement après que certains invités aient assisté à d'autres événements dans les jours suivants la cérémonie. Selon France Bleu Savoie, plusieurs enfants ont été contaminés dont une jeune fille qui a fréquenté, après le mariage, un centre de loisirs. BFMTV a par ailleurs appris ce 28 juillet que plusieurs cas de Covid-19 avaient été détectés suite à un mariage célébré la semaine précédente à Colombes, dans les Hauts-de-Seine. "Si au cours du mariage, une personne attrape le virus car il n'a pas fait assez attention, et qu'il l'emporte avec lui, il risque de créer un nouveau foyer à son domicile ou son travail. On peut redouter la multiplication de ce schéma". a déclaré Yves Buisson, membre de l'Académie de médecine, à L'Express.

 

Depuis le 11 juillet, les rassemblements ne sont plus limités à 10 personnes. Toutefois, le nouveau Premier ministre se réserve le droit de restreindre ou d'interdire certains rassemblements par décret, au niveau local, si la situation sanitaire venait à se dégrader. Il semblerait donc qu'à l'issue de la cérémonie à la mairie, restant quant à elle limitée à 30 personnes, les jeunes mariés puissent convier un plus grand nombre de convives à leur fête de mariage si elle a lieu dans une salle privatisée, un restaurant ou une maison. Pour autant, aucune directive ne semble avoir été donnée pour l'instant aux mairies concernant un éventuel élargissement du nombre de convives.

Ainsi, dans certaine mairie, on continuera à se limiter à 30 invités tant que le parquet ou le préfet n'aura pas donné de nouvelles directives. Le port du masque obligatoire à la mairie et dans les lieux de culte Depuis le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans tous les "lieux publics clos". Cette nouvelle obligation concerne évidemment les mairies et tous les lieux de culte mais aussi les restaurants, établissements flottants, chapiteaux, tentes et structures, salles. Voir la liste des lieux clos nécessitant l'obligation du masque.

Comme l'a annoncé dans un décret le gouvernement, depuis le 2 juin, il est à nouveau possible de célébrer les mariages et d'enregistrer les PACS en mairie sur l'ensemble du territoire. "La célébration des mariages peut se faire en présence d'une assemblée élargie, dont le nombre de personnes est déterminé en fonction de la taille de la salle des mariages et de la possibilité de faire respecter la distance barrière d'un mètre entre les personnes". Le ministère de l'Intérieur rappelle en effet que, jusqu'au 30 octobre prochain, les mesures d'hygiène doivent continuer à être appliquées "en tout lieu et en toutes circonstances, y compris dans les lieux privés". Louer une maison devrait donc être toléré, s'il y a un grand jardin, par exemple, qui permette d'espacer les invités.

Notons également que selon le décret n°2020-663 du 31 mai 2020, les salles sont autorisées à accueillir des invités selon les conditions suivantes : Les personnes accueillies doivent avoir une place assise, Une distance d'un siège est laissée entre les sièges occupés par chaque personne ou chaque groupe de moins de dix personnes venant ensemble ; L'accès aux espaces permettant de se regrouper est interdit sauf s'ils sont aménagés de manière à garantir une distanciation physique suffisante. Le port du masque est obligatoire dans les établissements autorisés à accueillir du public. Enfin, les mariés qui le souhaitent pourront évidemment choisir d'organiser un repas de mariage dans un restaurant. A chacun d'être responsable, donc, pour éviter les risques de propagation du virus. Pour appliquer les gestes barrière et se protéger, "il faudra se retenir de serrer les mariés dans les bras" avertit-elle. Mais selon elle, les gens ont déjà commencé à intégrer ce type d'habitudes et ne le feront pas d'eux-mêmes. Les mairies mettent à disposition du gel hydroalcoolique pour les invités. Enfin, on évite les buffets et cocktails pour éviter les risques de contamination.

Faut-il reporter son mariage à 2021

 La question d'un éventuel report se pose désormais pour les mariés de l'automne. La possibilité d'une seconde vague en septembre, octobre ou novembre, inquiète évidemment les fiancés qui ignorent s'ils pourront célébrer leur mariage comme ils l'espéraient. Comme pour cet été, certains ont déjà pris la décision de reporter leur mariage à 2021.  Mais attention les traiteurs, les salles sont souvant dejà réservés en 2021, il va y avoir de gros problèmes de disponibilité., On ignore pour l'heure si les restrictions actuelles de rassemblement et le port obligatoire du masque seront toujours d'actualité. A suivre....